Grossesse

Pré-éclampsie, c'est quoi ce mal qui menace les femmes enceintes

En Afrique, nombreuses sont les femmes enceintes qui perdent la vie à cause de la pré-éclampsie (Illustration)  Source : Shutterstock

En Afrique, la pré-éclampsie touche des centaines de milliers de femmes enceintes chaque année. Dans certaines régions, c'est même l'une des principales causes de décès de ces femmes. 

Par Badr Kidiss
Créé le 26.02.20, modifié le 26.02.20

Elle est fréquente mais encore méconnue ! La pré-éclampsie est une maladie de la grossesse liée à une hypertension artérielle et une présence de protéines dans les urines. Non traitée, cette maladie peut entrainer de nombreuses complications : 

  • Retard de croissance intra-utérin
  • Naissance prématurée voire décès de l'enfant
  • Décès de la mère
  • Hémorragie
  • Eclampsie, c'est-à-dire des crises convulsives qui touchent le cerveau de la mère.

Du Burundi à l'Algérie, la pré-éclampsie est considérée comme l'une des trois premières causes de décès des femmes enceintes. Pourtant, les sages-femmes - qui sont rares sur le continent - ont encore du mal à obtenir les bandelettes urinaires nécessaires au diagnostic de cette maladie qui est causée par un dysfonctionnement du placenta (l'organe qui gère les échanges entre le fœtus et la mère ainsi que la régulation hormonale de la grossesse). 

Une maladie favorisée par plusieurs facteurs

Si la pré-éclampsie survient généralement au cours de la première grossesse, rien ne l'empêche d'apparaître au cours d'une autre grossesse. Dans la plupart des cas, ce mal peut être identifié lors de la surveillance d'une femme enceinte qui souffre d'hypertension artérielle (HTA). Mais voilà, beaucoup de personnes hypertendues ne se font même pas dépister et nombreuses sont les femmes enceintes qui préfèrent accoucher loin des hôpitaux. Par pudeur ou par respect de la tradition.

Alors que certaines études montrent que les femmes noires ont davantage de risques de développer une pré-éclampsie, plusieurs facteurs favorisent l'apparition de ce mal qui est encore mal diagnostiqué sur le continent. 

  • une grossesse multiple (des jumeaux par exemple)
  • un changement de partenaire sexuel entre la grossesse en cours et la précédente 
  • une procréation médicalement assistée avec don de sperme
  • une exposition brève au sperme de son partenaire, liée notamment au port prolongé d’un préservatif avant la conception
  • un âge maternel inférieur à 18 ans ou supérieur à 40 ans
  • une obésité avec un indice de masse corporel (IMC) supérieur à 30
  • un antécédent familial de pré-éclampsie
  • la présence d’une maladie : hypertension artérielle, diabète, maladie cardiovasculaire...
  • Afrique
  • Maman
  • Burundi
  • Algérie
  • Enfant

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.