Santé publique

Comment l'Algérie se bat pour des routes plus sûres

Plus de 20.000 ralentisseurs ont été installés sur les routes algériennes en 2019 (photo d'illustration) 

Alors que plus de 3200 personnes ont perdu la vie en 2019 sur les routes algériennes, les autorités s'engagent à améliorer la sécurité routière. 
Par Badr Kidiss
Créé le 05.06.20, modifié le 05.06.20

Pour des routes plus sûres ! En Algérie, les accidents de la circulation sont une cause importante de décès, toutes tranches d'âge confondues. Selon la Délégation nationale de la Sécurité Routière, plus de 22.500 accidents de la route ont été enregistrés en 2019. Ces accidents ont entrainé la mort de 3270 personnes et blessé plus de 31.000 autres. En mai dernier, les autorités ont annoncé que 878 personnes ont perdu la vie dans des accidents de la route et plus de 8.000 autres ont été blessées dans près de 6.000 accidents survenus durant les quatre premiers mois de l’année en cours.

Pour arrêter le massacre, les autorités multiplient leurs efforts et mettent en place de nombreuses mesures afin de réduire le nombre d'accidents de la route. Rien qu'en 2019, plus de 20.000 ralentisseurs ont été installés sur les routes algériennes, à l'heure où l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que "la construction de ralentisseurs, qui est l’un des nombreux moyens de réduire la vitesse sur route, est un aspect important de la campagne en faveur de la sécurité routière". Avant d'ajouter que "plusieurs études internationales ont montré que les ralentisseurs étaient l’une des méthodes les plus rentables pour faire baisser le nombre d’accidents de la circulation et de décès sur les routes dans les pays en développement". 

De nouvelles mesures de prévention

En février dernier, le gouvernement a adopté de nouvelles mesures de sécurité routière. La nouvelle stratégie du gouvernement se décline en quatre volets :

  • Juridique et administratif : retrait, à titre conservatoire des documents d’exploitation du conducteur à l’origine d'un accident notamment pour le transport public et scolaire et durcissement des mesures coercitives, criminalisation des comportements irresponsables et imprudents
  • Infrastructure routière : réaménagement des routes et généralisation de l’éclairage public et des radars
  • Inspection routière : maintien des opérations de contrôle des signalisations routières et renforcement des brigades mixtes et des inspections inopinées sur l’ensemble du territoire
  • Éducatif et informationnel : renforcement des actions préventives, intensification des campagnes de sensibilisation, diffusion de supports pédagogiques et éducatifs pour les écoliers et usagers de la route
  • Algérie
  • Accidents de la route
  • Santé publique