Médicaments

Cancer du sein : Un nouveau médicament pour l'Afrique

Le cancer du sein touche de plus en plus d'Africaines  Source : OMS

Bonne nouvelle pour les femmes qui souffrent d'un cancer du sein. Un médicament dit "biosimilaire", le trastuzumab sera bientôt accessible en Afrique à petit prix. 
Par Badr Kidiss
Créé le 26.12.19, modifié le 26.12.19

On l'espérait, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) l'a fait. L'agence onusienne vient d'inscrire sur sa liste de médicaments, le premier médicament biosimilaire (c'est-à-dire un similaire à un médicament biologique de référence) du trastuzumab qui est un anticorps utilisé contre certaines formes du cancer du sein. 

Si le coût d’un traitement avec l’anticancéreux d’origine peut facilement atteindre 20 000 dollars US (environ 15.000 euros)  par an en moyenne, la version biosimilaire du trastuzumab coûte généralement 65 % de moins. Avec cette inscription à la liste de l’OMS et l’augmentation prévue du nombre de produits en cours de préqualification, les prix devraient encore diminuer. De quoi rendre ce traitement d'importance vitale plus accessible aux femmes du monde entier. 

Des médicaments pour tous

"Dans les pays pauvres, le manque d'accès aux traitements et le coût élevé des médicaments viennent s'ajouter à ce problème. L'accès à un traitement efficace et abordable contre le cancer du sein devrait être un droit pour toutes les femmes, et non le privilège d'une minorité", précise le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS. 

Selon une étude récente sur le cancer du sein en Afrique subsaharienne, sur 1325 femmes interrogées dans trois pays, 227 femmes (17 %) n’ont pas été traitées dans l’année suivant le diagnostic. D’après ces femmes, le coût du traitement est l’un des principaux obstacles.  Mais avec cette version biosimilaire du trastuzumab, les traitements innovants deviennent plus abordables et peuvent toucher un plus grand nombre de personnes.

  • Cancer
  • Médicaments
  • Afrique
  • OMS
  • Santé publique