Covid-19

Le vaccin d'AstraZeneca retourne en phase de test, le Maroc en difficulté

Le vaccin d'AstraZeneca doit retourner en phase de test (Image d'illustration) 

Le vaccin Astrazeneca est contraint de retourner en phase de test, suite à une erreur dans son essai clinique. Une mauvaise nouvelle pour certains pays comme le Maroc qui avait commandé des millions de doses.

Par Allodocteurs Africa avec AFP
Créé le 27.11.20, modifié le 27.11.20

Le vaccin contre le Covid-19 développé par le laboratoire suédobritannique AstraZeneca et l'université d'Oxford nécessite "une étude supplémentaire", a indiqué Pascal Soriot, le directeur général du groupe, après des critiques concernant les résultats avancés. Le laboratoire britannique avait annoncé, lundi dernier, que son vaccin était en moyenne efficace à 70%, mais il semblerait qu'une erreur dans le protocole de test ait donné lieu à de meilleurs résultats... "Maintenant que nous avons trouvé ce qui semble être une meilleure efficacité, nous devons la valider, donc nous devons faire une étude supplémentaire", a déclaré Pascal Soriot.

Les résultats de cette nouvelle étude pourraient être plus rapides à obtenir, car les tests seront réalisés sur un plus petit nombre de patients. Selon AstraZeneca, ces procédures ne devraient pas retarder l'approbation des régulateurs dans l'Union européenne et au Royaume-Uni, mais le feu vert des autorités américaines pourrait prendre plus de temps. Ces nouveaux tests pourraient être une mauvaise nouvelle pour l'Afrique, dont certains pays avaient commandé des doses du vaccin. 

Le Maroc en difficulté 

Le Maroc est l'un des pays africains les plus avancés dans l'organisation de sa campagne de vaccination. Mais le Royaume a misé beaucoup sur le vaccin britannique : Si la première phase se fera avec 10 millions de doses du vaccin chinois Sinopharm, la deuxième devait normalement se faire avec celui d'AstraZeneca

Mais les résultats des tests réalisés par AstraZeneca cachent de grands écarts entre deux protocoles différents : certains patients auraient reçu une dose plus faible du vaccin (une demi-dose à la première injection, puis une dose complète un mois plus tard), mais auraient mieux réagi que les patients-tests ayant reçu deux doses complètes. "Il est possible qu'une dose initiale plus faible puisse entraîner une efficacité plus élevée du vaccin. Plus n'est pas nécessairement mieux en matière de vaccins et d'immunothérapie", explique Helen Fletcher, professeure en immunologie de la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

Pas de précipitation

Pour l'instant moins efficace que celui de Pfizer/BioNTech ou de Moderna, le vaccin d'AstraZeneca présente cependant l'avantage d'utiliser une technologie plus traditionnelle que ces deux concurrents, ce qui le rend moins coûteux et plus facile à stocker puisqu'il peut être conservé dans des réfrigérateurs, et non pas à très basse température.

Le médecin en chef pour l'Angleterre, Chris Whitty, a lui mis en garde, lors d'une conférence de presse, contre des "conclusions prématurées" et a recommandé de faire preuve de patience jusqu'à ce que les données complètes soient publiées. 

Source : AFP
  • Coronavirus
  • Vaccin
  • Maroc
  • Laboratoires
  • Epidémie

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.