Santé sexuelle

Aménorrhée : quand les règles disparaissent !

En cas d'absence de règles, des examens vont être réalisés pour comprendre l'origine des troubles du cycle (photo d'illustration) 

Quand les règles se font attendre, on parle d'aménorrhée. Pour en savoir plus, on a échangé avec le Docteur Fanny A. Hounkponou, professeur agrégé en Gynécologie obstétrique au Centre hospitalier universitaire départemental du Borgou (Chud-Borgou) 

Par Léonard Kabo
Créé le 04.02.21, modifié le 05.02.21

Douloureuses, irrégulières... Beaucoup d'adjectifs sont utilisés pour parler des règles, qui jalonnent la vie des femmes, de la puberté à la ménopause. Mais que ce soit à Cotonou, Yaoundé, Bamako, Libreville, Conakry, Dakar ou Alger, nombreuses sont les femmes qui aimeraient se passer des règles. Mais quand elles disparaissent pour de bon, faut-il s'inquiéter ? La rédaction est partie à la rencontre du Docteur Fanny A. Hounkponou, professeur agrégé en Gynécologie obstétrique au Centre hospitalier universitaire départemental du Borgou (Chud-Borgou). Interview. 

AlloDocteurs Africa : Bonjour docteur, c'est quoi une menstruation ?

Fanny Hounkponou : Merci pour la question. Les menstruations sont des écoulements périodiques constitués essentiellement du sang. Ce sang provient de la desquamation de l'endomètre, la couche interne de l'utérus. Et c'est de façon cyclique. En temps normal, lorsqu'il n'y a pas de grossesse, la femme devrait avoir ses règles tous les mois. 

A.D.A : Est-ce possible que la femme ne puisse pas avoir ses règles alors qu'elle n'est pas enceinte ?

F.H : Oui bien sûr, c’est possible. D'abord, je voudrais préciser que pour le commun des mortels, on parle d'absence de menstruation mais en terme médical, on parle d'aménorrhée.

A.D.A : Combien de types d'aménorrhées peut-on distinguer ?

F.H : On distingue deux sortes d'aménorrhée. Il y a l'aménorrhée primaire et l'aménorrhée secondaire.

A.D.A : Quelle est la différence entre ces deux types d'aménorrhée ?

F.H : L'aménorrhée primaire, c'est l'absence des premières règles. En réalité, la femme pour marquer sa puberté, doit avoir ses toutes premières règles. Lorsque la femme jusqu'à 16 ans n'a pas ses premières règles, on dira qu'il y a une aménorrhée primaire. Quant à l'aménorrhée secondaire, c'est l'absence des règles depuis trois mois ou plus chez la femme qui était déjà antérieurement bien réglée.

A.D.A : Généralement, l'absence de règles chez la femme est assimilée à la venue d'une grossesse. Existe-t-il d'autres causes à cela ?

F.H : Pour chaque type d'aménorrhée, il y a plusieurs causes.

A.D.A : Quelques exemples de causes probables ?

F.H : D'abord, que ce soit l'aménorrhée primaire ou secondaire, il faut toujours s'assurer d'abord que ce n'est pas une grossesse, parce que même une fille qui n'a jamais eu de règle peut bel et bien tomber enceinte. Maintenant, nous allons énumérer quelques causes en fonction de chaque type d'aménorrhée.

A.D.A : Allez-y ! 

F.H : Pour le cas des aménorrhées primaires, il faut savoir que l’enfant nait avec un hymen naturellement perforé. Mais lorsque la fille n'a pas ses premières règles avant l'âge de 16 ans, c'est qu'il y a un problème qui peut être dû à :

  • L'absence de perforation hyménéale, c'est à dire que la fille est née sans aucun trou au niveau de l'hymen. Du coup, il y a collecte du sang dans le vagin, mais le sang ne sort pas. La fille a souvent des douleurs préviennes associées c’est-à-dire une sensation désagréable au niveau du pelvis (bas ventre).
  • La malformation comme l'agénésie vaginale (la fille est née sans le vagin).
  • Le syndrome de Rokitansky qui est une malformation faite de l'agénésie de l'utérus et l'agénésie des 2/3 supérieur du vagin. La fille n'a donc ni d'utérus, ni une partie de son vagin.

Pour le cas des aménorrhées secondaires, il y a aussi trois grandes causes : 

  • Les causes psychiques (liées à la psychologie de la femme)
  • Les causes centrales lié au système hypothalamo-hypophysaire (NDLR : le chef d’orchestre du système hormonal). Exemple : une femme qui a beaucoup saigné pendant ou après un accouchement peut avoir une lésion au niveau du cerveau entrainant une aménorrhée secondaire associée à une galactorrhée (monté laiteuse chez une femme qui n’allaite pas)
  • Les causes périphériques qui sont liées aux organes génitaux de la femme (dysfonctionnement de la vulve, du vagin, du col de l'utérus, l'utérus, la trompe ou l'ovaire). 

D'autres causes dites générales (une tuberculose, un cancer, un diabète) peuvent être également à l'origine de l'aménorrhée secondaire.

A.D.A : Que faire donc en cas d'aménorrhée ?

Source : AlloDocteurs Africa / Léonard Kabo

F.H : La première chose à faire en cas d'aménorrhée, c'est de s'assurer qu'il ne s'agit pas d'une grossesse. Lorsqu'on est sûr que ce n'est pas une grossesse, alors il faut se dire qu'il y a un problème. Et pour l'identifier, il faut forcément consulter. Sans consultation, on ne peut pas demander le bilan nécessaire afin d'identifier la cause alors que, le traitement est en fonction de la cause identifiée. D'où la nécessité et l'obligation à la femme en cas d'aménorrhée de pouvoir consulter un "agent qualifié".

  • Menstruation
  • Santé sexuelle
  • Santé féminine
  • Afrique
  • Grossesse

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.