Coronavirus

Coronavirus : les dernières découvertes ont de quoi inquiéter !

Le nom officiel du coronavirus chinois est Covid-19 (COronaVIrus Disease)  Source : Wikimedia Commons / CDC/Dr. Fred Murphy

Alors qu'un nouveau bilan du coronavirus chinois, qu'on appelle désormais Covid-19, annonce plus de 1000 morts, de nouvelles données au sujet de cette mystérieuse pneumonie viennent d'être révélées. 
Par Badr Kidiss
Créé le 12.02.20, modifié le 12.02.20

Le nombre de contaminations baisse, mais le nombre de morts augmente. Fraîchement renommé Covid-19 (COronaVIrus Disease) par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le coronavirus est toujours "une menace pour le monde", selon l'agence onusienne. 

Alors qu'une centaines d’experts sont actuellement réunis à Genève, en Suisse, pour élaborer une parade contre la pandémie à coronavirus, une analyse des dossiers de 1099 malades révèle certaines données qui ont de quoi inquiéter. Détaillée par nos confrères du Figaro, cette analyse laisse croire que la période d'incubation du Covid-19 serait de 24 jours, au lieu des 14 estimés par les experts. Si cette information se confirme, cela veut dire qu'il faudra rallonger la période de quarantaine imposée aux cas suspects. Mais ce n'est pas tout.

La fièvre, cette mauvaise piste

Si depuis le début de l'épidémie, la fièvre est perçue comme l'un des principaux symptômes du coronavirus, les experts de cette étude expliquent qu'elle ne serait pas forcément un signe de la maladie. Certes, la majorité des malades (88%) finissent par avoir de la fièvre, mais la majorité des personnes atteintes par le coronavirus chinois avaient une température de moins de 37,5°C, à leur arrivée à l'hôpital. Cela tente à montrer, que les dispositifs de mesure de température ne suffisent pas toujours pour identifier les cas suspects de coronavirus. 

Une mortalité surestimée

Seule bonne nouvelle de cette analyse, c'est que le coronavirus est moins mortel qu'on le croyait. Alors qu'on annonçait un taux de mortalité qui dépassait les 2%, les auteurs de cette étude estiment que ce taux est plutôt de 1,4% (soit beaucoup moins que les taux de mortalité du Sras (9,6%) et du Mers (35%). Mais ce chiffre n'est pas le plus pertinent de cette étude puisque beaucoup de personnes atteintes par le Covid-19 sont encore hospitalisées. 

  • Epidémie
  • Coronavirus
  • OMS
  • Afrique