Société

Un adolescent tue sa mère pour un jeu vidéo

Au Maroc, un jeu vidéo est à l'origine d'un drame ! 

Un jeune adolescent de 15 ans a tué accidentellement sa mère, au niveau de Sefrou, au cours d’une dispute. Cause de cette rixe ? Un jeu vidéo !  

Par Sabrina El-Faïz
Créé le 09.12.20, modifié le 16.12.20

15 ans, c’est l’âge du jeune garçon accusé d'avoir tué sa mère ! Les deux membres de la famille de Sefrou se disputaient au sujet du jeu en ligne, Free Fire. Le prévenu voulait recharger son téléphone de 5 dirhams afin de pouvoir y jouer. Face à l’interdiction de sa mère, le jeune adolescent l’a poussé dans les escaliers. Ce qui a provoqué une hémorragie interne puis la mort de sa mère. 

Un meurtre que l'adolescent a essayé de camoufler, en transportant le corps de sa mère dans son lit. Après cela,  il est sorti pour se créer un alibi, avant de revenir et faire mine de réveiller sa mère tout en en criant pour alerter les voisins précise le journal arabophone Assabah. 

Le juge d’instruction a décidé de placer le jeune homme en détention à la prison de Bourkaiz, le temps d’apporter toutes les preuves nécessaires à l’enquête pour violence ayant causé la mort. Selon le journal arabophone, cette femme ne serait pas la seule victime du jeu Free Fire. De nombreux suicides ont déjà été enregistrés au Maroc, mais aussi en Tunisie, où un enfant de 12 ans a mis fin à ses jours.  

L’impact des jeux vidéo sur le cerveau  

Pour Imane Kendili, psychiatre et addictologue, et vice-présidente du Centre africain de recherche en santé, "le jeu vidéo est générateur de violence car les jeux banalisent l'assassinat, et la vie dans le jeu abolit la frontière entre réalité et fiction". Mais d'autres psychiatres estiment que le jeu vidéo a aussi des vertus, et qu'il favorise la lutte contre le vieillissement du cerveau tout en renforçant la capacité d'analyse...

Selon une étude parue en 2014 sur le Journal of Personality and Social Psychology, la revue de l'Association américaine de psychologie, les jeux vidéos violents sont liés à un large éventail de comportements risqués chez les jeunes. D'après les auteurs de cette étude, cela s'expliquerait, en partie, par des changements de personnalité, d'attitudes et de valeurs liées à ces jeux qui rendent ces adolescents plus rebelles et plus prompts à rechercher le risque. Une chose est sûre, quand le jeu n'est plus un plaisir, mais une addiction, et que l'ordinateur, la console ou le smartphone deviennent un refuge, il y a danger.

  • Maroc
  • Insolite
  • Addictologie

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.