Santé publique

Pour améliorer le système de santé en Tunisie, l'OMS sort le carnet de chèques

L'hôpital Sahloul de Sousse est dans un mauvais état 

Alors que le système de santé tunisien semble malade, l'Organisation mondiale de la santé lui consacre un budget d'environ 1 million de dollars pour l'aider à guérir. 

Par Badr Kidiss
Créé le 12.12.19, modifié le 09.01.20

S'il a été auparavant cité en exemple, le système de santé tunisien est en crise: les médecins s'en vont, les hôpitaux sont délabrés, les médicaments manquent dans certaines régions et les cliniques privées hors de prix se multiplient.

Une situation qui motive l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à soutenir la Tunisie. L'organisation onusienne"consacre un budget d'environ un million de dollars par an pour l’élaboration de politiques de santé en Tunisie adaptées aux besoins ainsi que de projets conformes aux normes internationales", précise Dr. Yves Souteyrand, représentant du bureau de l’OMS en Tunisie.

La santé pour tous

Dans un pays en guerre contre la résistance aux antibiotiques et la fuite des cerveaux, le chantier paraît immense. De l'avis de l'OMS, plusieurs indicateurs sont préoccupants.

"Le recours aux urgences entre 2012 et 2017 a augmenté de 50% et on ne peut pas expliquer cela par le fait qu’il y ait plus de problèmes d’urgence qu’auparavant mais ça s’explique par l’existence d’un vide au niveau de la première ligne. Les patients s’adressent donc au service des urgences à l’hôpital et du coup il y a un encombrement et par conséquent des insatisfactions qui se traduisent même par des actes de violence ciblant les professionnels de la santé, ce qui est devenu un phénomène problématique", explique le Dr. Souteyrand dans une interview accordée à l'agence TAP. Avant de rajouter que "la CSU c'est assurer l’accès pour tous à des soins de qualité et à un coût abordable sans se ruiner".

Alors que le renforcement des centres de santé de base, dont le nombre est estimé aujourd'hui à 2000 sur tout le territoire, est une priorité absolue pour l'OMS, espérons que notre système de santé soit à nouveau capable de satisfaire les patients les plus pauvres et les médecins les plus compétents, qui sont nombreux à lorgner sur l'Europe.

Source : Agence TAP
  • Tunisie
  • Santé publique
  • OMS

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.