Santé publique

Maroc : une campagne dénonce les dangers du tabagisme

De nombreux Marocains sont victimes de tabagisme passif (photo d'illustration) 

Le Maroc lance une large campagne de sensibilisation sur les dangers du tabac. Une pratique qui peut aussi engendrer de graves complications en cas de contamination par le nouveau coronavirus (Covid-19). 
Par Sabrina El-Faïz
Créé le 04.06.20, modifié le 04.06.20

Près de 4 Marocains sur 10 sont touchés par le tabagisme passif dans les lieux publics ou professionnels. Car au royaume, il est plus facile de trouver des cafés et des restaurants fumeurs que des endroits non-fumeurs. Face à cette situation, le ministère de la Santé a lancé une campagne nationale de sensibilisation sur les dangers du tabagisme, au lendemain de la journée mondiale sans tabac, le 31 mai dernier. 

Le ministère de la Santé a annoncé la production de supports de communication audiovisuels, radiophoniques et électroniques qui seront diffusés sur les chaînes nationales télévisées et radiophoniques ainsi que sur les réseaux sociaux du ministère et des Directions Régionales de la Santé.

Le tabagisme à l'ère du coronavirus

Cette campagne contre le tabagisme prend davantage de sens en cette période anxiogène. Outre le fait que les fumeurs sont les principales victimes des maladies non transmissibles comme les cancers, des maladies cardiovasculaires, respiratoires ou encore chroniques, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que les fumeurs sont "sans doute plus vulnérables face au Covid-19". 

Selon le ministère de la Santé, “la prévalence du tabagisme au Maroc est de 13,4% chez les adultes âgés de plus de 18 ans, dont 26,9% des hommes et 0,4% des femmes (2018), et la prévalence du tabagisme chez les élèves âgés de 13 à 15 est à 6% (2016), alors qu’environ 35,6% de la population est exposée au tabagisme passif dans les lieux publics et professionnels ”.

  • Maroc
  • Tabac
  • Drogues
  • Santé publique