Santé publique

La couveuse du futur est camerounaise !

L’ingénieur Serge Armel Njidjou s'est distingué avec sa couveuse néonatale interactive AUI 1.0  Source : AUI-Techno

L’ingénieur camerounais Serge Armel Njidjou et sa start-up "Tout souffle compte" viennent d’inventer une couveuse. Cette innovation primée à plusieurs reprises au Cameroun et dans des concours internationaux devrait contribuer à résorber la pénurie souvent fatale aux bébés prématurés en Afrique.  
Par Arnaud Ntchapda
Créé le 22.12.19, modifié le 23.12.19

C’est un Camerounais qui a remporté la 9ème édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et Madagascar (POESAM) le 12 novembre 2019 au Cap, en Afrique du Sud. L’ingénieur Serge Armel Njidjou, a triomphé avec la "couveuse néonatale interactive AUI 1.0" entièrement conçue et fabriquée au Cameroun. L’invention redonne espoir aux parents d’enfants prématurés. Ce prix international doté de la somme de 16, 5 millions de Francs CFA est le deuxième que reçoit le fondateur de l’association d’ingénieurs et d’universitaires qu’est l’Agence universitaire pour l’innovation (AUI).

Courant mai 2019, l’Agence française de développement, émerveillée par l’innovation de Njidjou, lui avait décerné un prix lors du Digital Challenge, le concours qu’elle organise. Avant sa consécration internationale, la couveuse néonatale interactive avait reçu le Prix spécial du chef de l’Etat lors des Journées d’excellence de la recherche scientifique et de l’innovation au Cameroun (JERSIC). C’était en février 2018.

Une couveuse connectée

Source : AUI-Techno

La couveuse de la start up "Tout souffle compte" - sous la bannière de laquelle l’invention a concouru - aide à lutter contre la mortalité des bébés prématurés au Cameroun et ailleurs sur le continent africain. Elle va en augmenter le nombre vu que seulement 100 couveuses sont disponibles au pays de Roger Milla et Samuel Eto’o pour 7.000 centres de santé. Selon la multinationale Orange qui organise le POESAM, le nouvel appareil va sauver des milliers de vies et ouvrir des champs d’études et d’analyses en néonatalogie, avec les données enregistrées.

La couveuse AUI 1.0 est légère. Elle est constituée de dispositifs intégrés pour la photothérapie et d’une caisse de rangement des couches des bébés. Le système numérique dont est équipée la couveuse comprend aussi des capteurs et une caméra. Une application mobile permet aux médecins d’avoir en temps réel sur leurs smartphones les informations qui leur permettent de suivre les bébés et régler la couveuse à distance. Les constructeurs  peuvent recevoir une alerte émise depuis le dispositif sanitaire lorsque survient une panne.

 "Faire que nos réalisations ne restent pas au labo"

Serge Armel Njidjou pense que son invention inaugure l’ère de la concrétisation des projets scientifiques souvent restés à l’étape de la conception. "En tant que chercheur, ingénieur, nous avons souvent tendance à penser, à réaliser de nombreux prototypes sans les voir sortir de nos laboratoires. J’ai toujours souhaité faire un pont entre les résultats de la recherche et le marché. Faire que nos réalisations ne restent pas au labo et puissent devenir des produits", souhaite l’inventeur.

Les couveuses néonatales interactives sont les toutes premières développées en Afrique subsaharienne. Une fois qu’elles seront commercialisées,  ces machines vont disposer d’une garantie du constructeur étalée sur deux ans et d’un service technique dans les pays où elles seront utilisées. Elles devraient  réduire le déficit de couveuses évaluées à 100.000 en Afrique centrale et occidentale. L’appareil de Serge Armel Njidjou figure au nombre des 100 innovations mondiales les plus prometteuses en 2019.

Source : instantsafricains.com, investiraucameroun.com
  • Prématuré
  • Innovation
  • Application
  • Cameroun