Santé publique

En Centrafrique, les hépatites B et E inquiètent

Le virus responsable de l'hépatite E (photo d'illustration) 

La capitale centrafricaine, Bangui, assiste à une augmentation du nombre de contaminations à l'hépatite B alors que l'hépatite E continue de se manifester au pays. 

Par Arnaud Ntchapda
Créé le 16.07.20, modifié le 27.07.20

Rien n’a changé ou presque. En deux ans, l’hépatite B semble toujours aussi présente en République Centrafricaine. Près d'un habitant sur 10 est directement touché : selon l'Institut Pasteur de Bangui (IPB),  9% de personnes sont porteuses chroniques du virus de l’hépatite B dans la capitale. Il indique que plus de 5% des jeunes et au moins 18% des femmes enceintes sont infectés par les virus responsables des hépatites B et C !

Les hépatites virales sont des maladies infectieuses universelles qui ont en commun une inflammation des cellules du foie liée à des virus : virus de l’hépatite A (VHA), de l’hépatite B (VHB), de l’hépatite C (VHC), de l’hépatite Delta (VHD) toujours associé au virus de l’hépatite B, de l’hépatite E (VHE). Alors que la plupart de ces maladies sont évitables ou guérissables, l'immunothérapie qui est le meilleur moyen de bloquer la transmission du virus de la mère à l’enfant, n’est pas utilisée en Centrafrique à l’heure actuelle. Si le vaccin contre l’infection par l’hépatite B , le seul moyen de prévention, est obligatoire chez les enfants de 0 à 11 mois en République Centrafricaine depuis 2008, la couverture vaccinale néonatale est toujours très faible dans l'ensemble du pays. 

Attention à l'hépatite E

L'autre maladie hépatique qui menace le plus la santé des Centrafricains est l'hépatite E. "Cette maladie est courante dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, disposant d’un accès limité aux services essentiels: approvisionnement en eau, assainissement, hygiène et santé", explique l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 

En 2018, une épidémie d'hépatite E sévissait au district de Bocaranga-Koui. Au total, une soixantaine de cas ont été identifiés, dont deux morts. Pourtant, il est possible de réduire le risque d'infection à l'hépatite E : 

  • en appliquant systématiquement des mesures d’hygiène
  • en évitant de consommer de l’eau ou de la glace dont la pureté n’est pas connue
Source : Institut Pasteur Bangui, mesvaccins.net
  • République Centrafricaine
  • Hépatite B
  • Hépatite A
  • Hépatite C
  • Hépatite Virale
  • Hépatite D
  • Hépatite E

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.