Santé publique

Diabète : une "épidémie" en Afrique !

L'explosion du diabète en Afrique est la conséquence d'un changement des modes de vie (Illustration)  Source : iStock / AndreyPopov

En Afrique, le diabète menace la santé de plusieurs millions de personnes. Mais pourquoi cette maladie chronique progresse aussi vite dans notre continent ? Quelle est la situation dans les différents pays francophones ? AlloDocteurs.Africa fait le point avec vous.
Par Badr Kidiss
Créé le 11.02.20, modifié le 12.02.20

C'est un fléau mondial ! Le diabète touche, aujourd’hui, plus de 425 millions de personnes dans le monde. L'Afrique n'est pas épargnée par cette maladie qui se caractérise par une hyperglycémie (c’est-à-dire un taux de sucre élevé dans le sang en permanence). Et il y a de quoi s'inquiéter...

"Avec le temps, le diabète peut endommager le coeur, les vaisseaux sanguins, les yeux, les reins et les nerfs" explique l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Non traité, le diabète peut même tuer. En 2017, 300.000 Africains ont ainsi perdu la vie à cause de cette maladie dont on distingue trois types (le diabète de type 1, le diabète de type 2 et le diabète gestationnel). D'ici 2045, le continent africain risque même de devenir la région avec la plus forte progression du diabète dans le monde. 

Pourquoi le diabète explose en Afrique

À Alger, Dakar, Abidjan ou Bamako, les médecins tirent la même sonnette d'alarme : le diabète est en constante progression. Une situation qui semble être la conséquence directe d’un changement des modes de vie sur le continent. Alors que les Africains mangent de plus en plus gras et font moins d'activité physique, le surpoids et l'obésité font partie des principaux facteurs qui favorisent le diabète. 

Le diabète est une maladie chronique, c'est-à-dire qu'elle ne se guérit pas et qu'on la traite à vie. Alors que plusieurs pays africains sont en retard dans la prise en charge des différents types de diabète, certains "guérisseurs" et tradithérapeutes font miroiter l'espoir d'une guérison grâce à des "recettes-miracle". Ce qui dans la plupart des cas ne fait qu'aggraver l'état de santé du malade. 

Comment l'Afrique prend en charge ses malades

En Afrique plus qu'ailleurs, il est compliqué de soigner son diabète ! Contrairement à certaines maladies qui nécessitent un traitement ponctuel, un diabétique doit prendre son traitement tout le temps. Ce qui veut dire qu'il doit souvent dépenser de l'argent pour s'acheter son traitement qui est très cher. Et c'est là où se trouve tout le défi de l'Afrique : faire baisser au maximum le prix des traitements du diabète. 

Selon une étude de l'ONG Santé Diabète, certaines familles africaines dépensent jusqu'à 40% de leurs revenus pour soigner le diabète. 

L'insuline, toujours pas de générique ?

Si les antidiabétiques oraux (des caches pour soigner le diabète) sont de plus en plus proposés sur le marché africain sous forme de générique, le problème est que l'insuline reste hors de prix pour beaucoup de malades.

Alors que seulement quatre firmes (Novo Nordisk, Sanofi, MSD et Lilly) se partagent le marché colossal de l'insuline (près de 30 milliards au niveau mondial), les organisations de santé essaient de les convaincre de baisser leurs prix. Tout en encourageant les sociétés qui produisent habituellement les génériques à en faire à petit prix. Et visiblement, les efforts commencent à payer : l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé qu'elle allait lancer des pré-qualifications sur cette insuline. Autrement dit, l'agence onusienne va apporter son expertise aux firmes qui veulent produire une insuline moins chère afin d'avoir un traitement de bonne qualité. 

  • Afrique
  • Diabète
  • Santé publique
  • Maladie