Santé publique

Comment les Marocaines se font avorter chez elles ?

Détourné de son usage, l'Artotec peut faire des ravages !  Source : Pixabay/Dertrick

L’avortement étant interdit par la loi, les Marocaines rivalisent d’imagination pour y avoir accès, parfois aux dépends de leur santé.

Par Sabrina El-Faïz
Créé le 03.01.20, modifié le 23.01.20

L’avortement au Maroc est strictement interdit, sauf en cas de maladie grave détectée chez le fœtus. En dehors cette règle, nul n’y a droit. C’est ainsi par exemple qu’une femme qui tombe enceinte hors mariage, se doit de trouver une solution seule. Depuis quelques années, un médicament destiné à soigner les rhumatismes est détourné de son usage pour se faire avorter. Il porte le nom de Artotec.  Sa ressemblance avec le mot "avorter" permettant même à certains de le garder en tête.

Son usage se serait généralisé au point que ce médicament a été retiré des pharmacies en août dernier par le ministère de la Santé. Des pages Facebook* lui sont même actuellement dédiés et certains témoignent sans se cacher. Ainsi, un jeune internaute affirme avoir acheté à sa fiancée Artotec 75 mg à 2.500 dirhams et lui avoir donné 10 comprimés pour un résultat.

Des précautions à prendre

L'Artotec est composé d'un anti-inflammatoire, le diclofénac, et d'un médicament utilisé pour les ulcères mais aussi pour les interruptions médicales de grossesse, le misoprostol, parce qu'il favorise les contractions de l'utérus et le relâchement du col de l'utérus (et donc l'expulsion de l'œuf). En revanche, dans le cadre de l'interruption médicale de grossesse, il est toujours pris après un autre médicament, qui va entraîner lui le détachement de l'œuf du placenta.

Prendre ce comprimé seul, rend le protocole d'interruption de la grossesse incomplet, et il majore le risque de complications, de façon considérable. Des effets secondaires peuvent survenir, comme, des saignements parfois très abondants nécessitant une hospitalisation, des douleurs à type de contractions et de crampes au niveau du bas-ventre, une fièvre, des vomissement, une infection parfois sévère.

Un marché juteux

La demande étant bien là, un marché parallèle s'est développé. L’Association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin (AMLAC) estime que ce sont entre 600 et 800 Marocaines qui se font avorter par jour de manière clandestine.

Le marché s'est envolé depuis l’interdiction, poussé parles réseaux sociaux. La chaîne est simple, une personne se rend en Espagne ou en France pour se fournir ce médicament vendu 6 euros la boîte de 20 comprimés... avant de revenir au Maroc le revendre à environ 1.200 dirhams la plaquette de 10 comprimés. La boîte entière étant en vente à 2.400 dirhams. Soit 40 fois plus que le prix marocain en pharmacie.

Source : http://amlac.org.ma/
  • Maroc
  • Grossesse
  • Droits des femmes
  • Santé féminine

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.