Santé publique

Cancer : le ministre de la santé dit non aux soins gratuits

Il faudra déterminer le type de traitements gratuits dont les cancéreux ont besoin. 

Une déclaration qui en choquera plus d’un. Alors qu’une vaste campagne sur les réseaux sociaux fait parler du cancer, le ministre marocain de la Santé déclare ne pas vouloir de soins gratuits.
Par Sabrina El-Faïz
Créé le 27.01.20, modifié le 28.01.20

Ce nouveau ministère ne fera pas que des heureux.... Après la pénurie de médicaments, les scandales au sein des hôpitaux et les manifestations physiques ou sur les réseaux sociaux, la santé se porte mal au Maroc. Et les autorités ont du pain sur la planche.

Une nouvelle fait déjà l’effet d’une bombe auprès des familles des malades. Le nouveau ministre de tutelle, Khalid Ait Taleb, a déclaré que les personnes atteintes de cancer devraient avoir droit à une assurance sanitaire universelle au lieu de traitements gratuits.

Cette déclaration a été faite au Parlement le 20 janvier dernier suite à une question écrite. Il a ainsi estimé qu’il fallait déterminer le type de traitements gratuits dont ils auraient besoin, à savoir accès aux médicaments, analyses de sang, radiologie, chirurgie…

L'assurance... pas si sûre que ça 

Le problème avec l’assurance, c’est qu’il faut commencer par passer à la caisse avant d’être remboursé. Or la plupart des familles n’ont pas les moyens de payer la plupart des traitements destinés aux personnes atteintes de cancer.

Outre cela, seuls 47% des Marocains bénéficient d’une couverture médicale, selon le rapport du Haut Commissariat au Plan (HCP). La thèse de l’assurance universelle serait donc un trompe l’œil.

  • Maroc
  • Cancer
  • Santé publique
  • Médicaments