Santé publique

Cameroun : des vaccins plus accessibles pour lutter contre le cancer du col de l'utérus

Le vaccin contre le cancer du col de l'utérus va être imposé dans le programme de vaccination (Photo d'illustration) 

Il a fallu que le Cameroun soit classé par l’Organisation mondiale de la santé, parmi les pays les plus touchés par le cancer du col de l'utérus pour que le ministère de la Santé lance une campagne massive de vaccination. 

Par Fabrice Beloko
Créé le 10.06.20, modifié le 16.06.20

Le mal est profond ! Au Cameroun, le cancer du col représente la deuxième cause de cancer chez la femme, soit 23.2% des cancers féminins. Chaque année, le cancer du col de l'utérus touche plus de 50 Camerounaises pour 100.000 femmes. Et dans de nombreuses régions du continent, "le cancer du col de l'utérus n'est pas identifié ou traité avant d'avoir atteint un stade avancé en raison d'un accès insuffisant aux services de soins de santé, à un dépistage efficace et à un traitement précoce", explique le Dr Joseph Caboré, Directeur de la gestion des programmes du Bureau régional de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'Afrique.

Pour éliminer le cancer du col de l'utérus, les autorités sanitaires ont décidé de lancer une campagne massive de vaccination. Prévue du 23 au 27 septembre, cette campagne devrait concerner les jeunes filles âgées de 9 ans, à l'image de l'opération de l'année dernière. 

Un vaccin nécessaire

Le vaccin est très important. L’OMS a classé le Cameroun “parmi les pays ayant les prévalences les plus élevées de Papillome Virus Humain (PVH) dans le monde”. Sur un diagnostic de 2000 personnes en 2018, 40% de femmes adultes se sont révélées positives ! Des chiffres qui ont emmené l'OMS à plaider pour que le pays introduise ce vaccin préventif dans le programme élargie de vaccination (Pev).

Car la maladie peut être évitée par la vaccination des filles âgées de 9 à 14 ans, âge auquel le vaccin présente la réponse immunitaire la plus élevée, par le dépistage systématique du cancer du col de l'utérus pour toutes les femmes âgées de 30 à 49 ans et par un traitement précoce pour celles présentant des lésions précancéreuses, comme le recommande l'OMS.

L’urgence de la mobilisation

La ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, Marie Thérèse Obama, invite, dans une correspondance datée du 4 juin, tous les délégués régionaux de son département ministériel à "assurer une large diffusion de cette information auprès des femmes et des familles, des collaborateurs, des responsables des centres de promotion de la femme et de la famille, des promoteurs des crèches et haltes garderies".

Ce programme s’inscrit dans le prolongement de la campagne de vaccination lancée en 2019, qui avait été précédée par une phase de démonstration menée en 2014 sur près de 22.000 jeunes filles dans les hôpitaux de district d’Edéa dans la région du Littoral et de Foumban dans la région de l'Ouest Cameroun.  

  • Cameroun
  • Cancer
  • Cancer du col de l'utérus
  • Santé féminine
  • Santé publique

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.