Santé publique

Algérie : deux pistes pour mieux prendre en charge le cancer

L'Algérie veut améliorer l'efficacité de la prise en charge des malades (photo d'illustration)  Source : Shutterstock

Alors que le cancer continue de se répandre en Algérie, le ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, le professeur Abderrahmane Benbouzid, s'active pour mieux prendre en charge le cancer.
Par Badr Kidiss avec APS
Créé le 02.06.20, modifié le 02.06.20

Alors que l'Algérie est toujours aux prises avec le coronavirus, le ministère de la Santé a dévoilé les principaux axes de son programme après la levée du confinement. Dans une interview accordée à Algérie Presse Service, le professeur Abderrahmane Benbouzid a expliqué que des visites sont actuellement effectuées dans certains Centres anti-cancer (CAC) pour les rendre "plus rentables". Avant d'ajouter que d’autres centres seront prochainement inaugurés, à l'image de celui de Djelfa.

En 2019, les différents types de cancer ont fauché la vie d'au moins 20.000 personnes sur le sol algérien. Et chaque année, au moins 50.000 nouveaux cas de cancer sont enregistrés par les autorités sanitaires du pays. Face à cette situation, le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid a rappelé la relance des comités de prévention et de traitement anti-cancer.

Face au coronavirus, la prise en charge se complique 

A l'heure où le nouveau coronavirus (Covid-19) continue de gagner du terrain en Algérie, la prise en charge des personnes atteintes d'un cancer semble se compliquer. Selon nos confrères d'El Watan, les lits d'hospitalisation oncologique au CHU de Sétif se trouvent dans un piteux état.

"L’hospitalisation de patients asymptomatiques porteurs de virus dans des structures dédiées au traitement des cancéreux constitue un danger réel pour les cancéreux, qui en plus de leur état de santé vulnérable présentent une immunité tellement fragile que le risque létal est omniprésent", explique un oncologue à nos confères. 

Un nouveau plan anti-cancer

Alors que le rapport final du Plan cancer 2015-2019 devait être remis le 24 mai dernier au président de la République, Abdelmadjid Tebboune, la présentation de ce document a été reportée suite à la propagation du coronavirus sur le territoire algérien. Mais une nouvelle feuille de route pour les 5 ou 10 années à venir devrait rapidement être présentée. 

En parallèle, Benbouzid précise que "des études seront réalisées sur tous les types de produits alimentaires importés, étant donné que certains de ces produits peuvent être un facteur de risque de certains types de cancer en Algérie", tout en insistant sur l'importance de la coordination entre les différentes spécialités et différents secteurs. S'agissant des rendez-vous de radiothérapie dont les délais ne cessent de s'allonger, notamment à Alger et Blida, M. Benbouzid a assuré que le problème sera résolu, après le lancement de la plateforme numérique dédiée à la question. 

  • Algérie
  • Cancer
  • Santé publique
  • Maladie