Médicaments

Pourquoi on manque de médicaments au Maroc

Dans cette pharmacie au coeur d'Essaouira, les médicaments se font rare  Source : iStock / zodebala

Depuis quelques mois, plusieurs médicaments essentiels et vitaux, comme le Levothyrox pour soigner les troubles de la thyroïde, sont en rupture de stock au Maroc. Mais pourquoi ? 

Par Badr Kidiss
Créé le 03.12.19, modifié le 03.12.19

C'est le quotidien de plusieurs milliers de Marocains : faire le tour des pharmacies pour constituer un stock personnel de médicaments, afin d'éviter la pénurie. La dernière en date concerne le Levothyrox, un médicament important pour soigner les troubles de la thyroïde et qui ne dispose pas d'équivalent sur le marché. Si des mesures ont été mises en place pour assurer la disponibilité de ce médicament, la liste des traitements qui sont introuvables en pharmacie ne cesse de se rallonger. 

Nombreux médicaments sont concernés : des traitements contre les allergies, des anticoagulants pour les maladies vasculaires, de la vitamine K qui permet de prévenir et traiter les hémorragies chez les nouveaux-nés et même, une pilule contraceptive. Le point commun entre ces produits ? Ils sont tous commercialisés à moins de 30 DH (autour de 3 euros).  

La faute à la réduction des prix ?

Depuis 2012, les autorités ont tout fait pour réduire le prix des médicaments. Au point d'adopter, en 2014, un décret sur les prix des traitements. Si plusieurs milliers de médicaments sont devenus moins chers, cela a poussé les géants de l’industrie pharmaceutique à demander la révision à la hausse du prix de plusieurs produits. Certains laboratoires ont même demandé le retrait de leurs médicaments, au grand dam des patients marocains. Une situation qui a visiblement forcé l'ex-ministre de la santé, Anass Doukkali, à augmenter le prix de certains médicaments. 

Alors qu'au début des années 80, l'industrie pharmaceutique marocaine réussissait à couvrir près de 85% de la consommation nationale en médicaments, on est désormais loin du compte. Aujourd'hui, elle ne répond qu'à 65% des besoins de la population, selon les chiffres de la confédération des syndicats des pharmaciens du Maroc (CSPM). Une situation qui s'explique sans doute par les limites du système de santé national. S'il est normal de proposer aux patients des génériques, en cas de rupture de stock, dans plusieurs pays occidentaux comme la France, cette pratique - qui est appelée "droit de substitution" - est interdite au Maroc. De quoi aggraver la pénurie de certains médicaments...  

Un petit marché et des médicaments trop chers

Pour plusieurs experts, la rupture de stock de certains médicaments s'explique aussi par la petitesse du marché national du médicament. Si les Marocains consomment plus de 12 milliards de DH de médicaments par an (aux alentours de 450 DH par personne, soit l'équivalent de 40 euros), cela représente à peinte la moitié des dépenses de nos voisins Algériens en matière de soins. 

Aujourd'hui, le risque pour les Marocains est de ne plus trouver les médicaments bon marché qui leur sont indispensables. Ces traitements pourraient, à long terme, être remplacés par des produits plus chers qui seraient inaccessibles pour la majorité des patients faute de couverture sanitaire universelle. Un problème que pourrait régler la création d'une Agence Africaine du médicament ? Seul l'avenir nous le dira...

  • Maroc
  • Médicaments
  • Santé publique

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.