Fake news

Coronavirus : non, le fenouil ne guérit pas !

Non, le fenouil ne soigne pas le coronavirus ! 

En Afrique, certains pays font face à une pénurie de fenouil. Motif : ce légume serait considéré - à tort - comme un remède contre le coronavirus.

Par AlloDocteurs Africa
Créé le 04.02.20, modifié le 04.02.20

Ce n'est pas la première fake news au sujet du coronavirus, et ce n'est sans doute pas la dernière. Depuis son apparition à Wuhan, le coronavirus 2019-nCoV est source de fausses affirmations et de nombreuses rumeurs. La dernière en date concerne les fenouils qui permettraient de prévenir et guérir le coronavirus qui a déjà tué plus de 425 personnes en Chine. Conséquence : les ventes de fenouil ont explosé sur les marchés du Cap-Vert. 

La demande est telle que les prix ne cessent de grimper : "Deux mains pleines de fenouil étaient vendues 50 escudos (50 centimes d'euros), mais maintenant, c'est 100 escudos", explique Fatima Semedo, une vendeuse de Praia, Rosa Almeida. Avant de préciser que "le fenouil est, généralement, acheté pour traiter les problèmes digestifs, mais maintenant, les gens en achètent beaucoup plus et disent que c'est pour prévenir le coronavirus". 

Une rumeur venue... du Brésil ! 

À l'origine de ce soudain engouement, constaté depuis le début de la semaine, un message viral venu du Brésil et ayant circulé de page Facebook en discussion sur WhatsApp, affirmant qu'un infectiologue brésilien aurait recommandé de boire du thé au fenouil deux fois par jour pour lutter contre le virus.

Pourtant, cette affirmation "ne repose sur rien", indique un responsable de l'Institut Pasteur à Paris, coupant l'herbe sous le pied d'une rumeur que les autorités capverdiennes ont également démentie. 

Source : AFP
  • Coronavirus
  • fake news
  • Consommation
  • Santé publique

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.