Sida

VIH/Sida : L'autotest, la nouvelle arme du Sénégal

Grâce aux autotests, les Sénégalais disposent d'un outil rapide pour connaître leur statut  Source : Unitaid/Eric Gauss/PSI

Le 1er décembre, c'est la journée mondiale de lutte contre le sida. Si le taux de prévalence de la maladie est assez faible au Sénégal, les autorités multiplient leurs efforts pour éradiquer ce mal.  

Par Badr Kidiss
Créé le 01.12.20, modifié le 01.12.20

Il reste encore beaucoup à faire ! Plus de 35 ans après sa découverte, le sida reste tabou. Au Sénégal, là où le taux de prévalence de la maladie est à peine de 5%, beaucoup d'avancées ont été observées ces dernières années. A l'image de sa gestion de la crise sanitaire actuelle, le Sénégal est souvent cité comme modèle pour sa lutte contre le sida. 

Selon l'Onusida, 42.000 personnes vivent avec le VIH au Sénégal. Mais seules la moitié d'entre elles connaissent leur statut sérologique. Et la maladie s'attaque surtout aux populations clé, comme les usagers de drogue. Selon les derniers chiffres officiels, près de 9% d'entre eux seraient porteurs du VIH. Et comme l'irruption du Covid-19 peut aggraver la situation, les autorités multiplient leurs efforts pour en finir avec cette maladie qui est chaque année responsable de XXX décès. 

Des autotests discrets

Pour atteindre l’objectif d’élimination du VIH/SIDA d’ici 2030, les populations vulnérables doivent accéder à leur statut. Mais aujourd’hui encore, plus d’un quart de la population ignore sa sérologie VIH. Face à cette situation, l’ONG française Solidarité thérapeutique et initiatives pour la santé (Solthis), en partenariat avec l’Institut de recherche pour le développement (IRD) a lancé le projet Atlas, financé par l’agence Unitaid. 

Son objectif : promouvoir l'autotest de dépistage du VIH, outil de diagnostic approuvé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Grâce à un autopiqueur et une goutte de sang, l'autotest permet le dépistage du virus du Sida. Ce test est totalement fiable à condition de respecter un délai de trois mois entre la dernière prise de risque et la réalisation du test. Le faire trop tôt après un rapport à risque pourrait vous faire croire - à tort - à une séronégativité (personne non contaminée).

Avec le projet ATLAS, le Sénégal devrait profiter d'au moins 60.000 kits de dépistage du VIH. Depuis le début de ce programme, 20.000 autotests ont déjà été distribués dans trois régions du pays (Dakar, Thies et Ziguinchor). L'idée est de toucher les personnes difficiles d'accès et qui n'ont pas l'habitude de se déplacer dans les structures de santé. 

  • Sénégal
  • VIH / SIDA
  • Santé sexuelle
  • Epidémie
  • Dakar

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.