Ebola

Face à Ebola, les Guinéens n'hésitent pas à se vacciner

Le vaccin anti-Ebola rencontre du succès en Guinée (photo d'illustration) 

Alors que la nouvelle épidémie d'Ebola en Guinée est à l'origine d'au moins 6 décès, les Guinéens se vaccinent contre ce mal.

Par BK avec AFP
Créé le 25.02.21, modifié le 25.02.21

Une dizaine de cas, probables ou confirmés, 6 à 8 décès selon les sources, et près de 400 "cas contacts" ! Voilà les derniers chiffres de l'évolution de l'épidémie d'Ebola sur le sol guinéen, dix jours après la déclaration de l'épidémie. Depuis l'arrivée des 11.000 doses de vaccin livrées par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), de nombreux volontaires n'hésitent pas à recouvrir à la piqûre salvatrice. 

C'est notamment le cas de cet homme élégant dans son costume bleu marine relevé d'un chapeau noir. Originaire de la région de Guinée forestière où ont été rapportés mi-février les premiers cas de décès dûs à la résurgence de la fièvre hémorragique, il fait partie d'une poignée de volontaires à avoir sauté sur l'occasion de se faire vacciner. Préférant taire son identité, il explique qu'il était la semaine passée en Guinée forestière, plus proche du Liberia, de la Sierra Leone et de la Côte d'Ivoire que de la capitale Conakry, et qu'il a transité par la gare routière de Nzérékoré.

"Depuis que je suis arrivé de la forêt et que j'ai appris que cette maladie est réapparue, je me suis mis à l'écart dans ma famille. C'est pourquoi je me suis porté volontaire pour être vacciné", dit-il.

A Conakry, trois autres "volontaires" ont également été vaccinés, ce mercredi, par des agents médicaux en tenue de protection intégrale dans une tente dressée dans la cour de la base militaire. Dix cas contacts de la première victime répertoriée, une infirmière, ou de son mari, lui aussi infecté et qui a rejoint Conakry en bus, ont également reçu une dose. "Plus de soucis à se faire à partir du moment où vous avez été vaccinés", lance le responsable du lieu, le Dr Halimatou Keïta, en réponse aux regards inquiets de certains. 

Etat de préparation

La vaccination a débuté mardi, d'abord dans la région de Nzérékoré, mais aussi à Dubréka, dans la périphérie de Conakry. Le ministre de la Santé, le général Rémy Lamah, a dit espérer "en avoir terminé avec cette maladie" dans un délai de "six semaines". Mais il faudra pour cela vaincre les réticentes des populations, conviennent les spécialistes. La campagne s'est poursuivie mercredi à l'hôpital régional de Nzérékoré, où directeur, médecins, infirmiers et cas contacts ont reçu leur injection, ainsi que quelques cachets de paracétamol contre les éventuels effets secondaires.

"Nous vaccinons d'abord les cas contacts, puisque la pathologie a été découverte dans cet hôpital, et ensuite tout le personnel, puisqu'ils sont en première ligne dans le cadre de la riposte", explique le Dr Kaba Keïta, lunettes rectangulaires à fines montures, chemise multicolore et masque sous le nez. Le vaccin "ne soigne pas, mais ça nous protège. Surtout que nous sommes tout le temps avec tout le monde, alors ça nous fait nous sentir en sécurité d'être vacciné", confie Chavanel Kolivogui, un laborantin en blouse blanche.

Le chef de la commission de riposte à Ebola, Moussa Konaté, a dit avoir constaté dès son arrivée en Guinée forestière qu'on distribuait des kits sanitaires et des soutiens alimentaires. "J'ai compris que les gens étaient très bien informés par rapport aux mesures préventives. La population est largement préparée", a-t-il déclaré à la presse locale. C'est également de Guinée forestière qu'était partie en 2013 la pire épidémie d'Ebola depuis l'identification de la maladie en 1976 dans l'actuelle République démocratique du Congo (RDC), où elle a fait récemment sa réapparition et où une partie de la population résiste aux mesures sanitaires.

  • Ebola
  • Guinée
  • Epidémie
  • Vaccin

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.