Covid-19

Don Bigg : "On a tendance à croire que les Marocains ne contractent aucune maladie"

S'il a une fibre solidaire, Don Bigg souhaite souvent partager et aider son prochain, sans se faire connaître (photo d'illustration)  Source : DR

Alors que le confinement vient d'être prolongé jusqu'au 10 juin au Maroc, le rappeur casablancais Don Bigg nous raconte son quotidien à l'ère de la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19). 
Par Badr Kidiss
Créé le 18.05.20, modifié le 18.05.20

Il contribue à contenir la pandémie. Alors que le SRAS-CoV-2, le virus responsable du nouveau coronavirus (Covid-19), circule de manière active au Maroc, le rappeur casablancais Don Bigg tente de sensibiliser ses fans aux gestes-barrières et au respect du confinement. Considéré comme l'un des piliers du rap marocain, l'artiste se mobilise, autant que possible, pour soutenir la lutte contre ce mal. Mais s'il a une fibre solidaire, l'auteur de "Psycho Wrecking" souhaite souvent partager et aider son prochain, sans se faire connaître. Discussion avec un artiste responsable et engagé. 

AlloDocteurs.Africa : Alors que le Maroc est encore confiné pour faire face à la pandémie de coronavirus, comment vis-tu cette situation ? 

Don Bigg : J'ai été obligé de me confiner, au-delà du coronavirus, car je me suis pété le pied avec une fracture, deux jours avant le début du confinement au Maroc. Je suis moins immobilisé, mais je suis toujours en rééducation. C'est donc un confinement obligatoire, médicalement parlant mais aussi en terme d'éthique puisqu'il faut respecter la loi. Mais je le vis assez bien. Je prends la chose comme étant une opportunité pour redécouvrir ma famille. 

A.D.A : A quoi ressemble ton quotidien d'artiste confiné et de père de famille ?

Don Bigg : Walou (rien, en darija), je passe la journée chez moi, je joue avec mes gosses, je fais les devoirs avec mon fils. Mais je ne bosse pas. Je n'ai aucune inspiration pour le moment, j'écoute juste beaucoup de musique. 

A.D.A : Où es-tu actuellement ? Comment vois-tu la situation dans ta région ?

Don Bigg : Je suis dans un coin perdu, dans un douar. Je n'ai aucune relation avec l'extérieur, il n'y a ni quartier ni rien à côté de chez moi. Je suis en pleine cambrousse donc franchement, je ne sens pas le coronavirus. Si je ne vais pas à Casablanca pour des raisons médicales, je n'ai aucune vision de ce qui se passe à l'extérieur, à part ce que je vois sur les réseaux sociaux. 

A.D.A : Même si tu n'en parles pas, tu t'es récemment engagé dans de nombreuses actions pour sensibiliser ou aider à lutter contre le Covid-19, peux-tu nous en dire plus ? 

Don Bigg : Comme tu l'as dit, je n'en parle pas. C'est pour ça que je n'en parlerai pas même à travers cette interview.

A.D.A : Quels sont les conseils que tu peux donner aux jeunes qui te lisent pour se protéger et protéger les autres ?

Don Bigg : Les conseils pour se protéger du coronavirus, ce n'est pas moi qui vais les donner. C'est disponible sur toutes les pages, tous les sites, et on a essayé de les relayer sur nos propres pages, en tant qu'artiste. La distanciation sociale et le fait de limiter ses déplacements sont évidents. Ce n'est pas magique.  Les gens doivent comprendre que c'est très méchant comme virus, même si on a tendance à croire que les Marocains ne contractent aucune maladie. Mais à un moment donné, il faudra être lucide. 

A.D.A : Quel regard portes-tu sur le système de santé publique au Maroc ? 

Don Bigg : Le système de santé au Maroc a toujours été pourri. Mais hamdoullah (louange à Dieu, en darija) on a une tendance collective qui se met en place. Et si on s'intéresse aux chiffres de l'épidémie au Maroc, on est bien loin du désastre. Mais ça nous montre qu'on peut y passer à tout moment. Il faut donc massivement investir dans les systèmes de santé et d'éducation. 

A.D.A : Est-ce que tu penses qu'un site mobile, comme AlloDocteurs.Africa, peut aider à sensibiliser les Marocains et les aider à mieux se soigner ? 

Don Bigg : Ecoute, même une caïd (agent d'autorité représentant le ministère de l'Intérieur) qui crie dans la rue n'a pas pu sensibiliser les Marocains donc, ce n'est pas un site qui va les sensibiliser. Ce qui peut le faire, c'est un système pédagogique. C'est ça qui peut créer un Maroc meilleur, mais le fait de balancer des messages sur les réseaux ou via un site ne va pas changer les mentalités. 

  • Maroc
  • Coronavirus
  • Santé publique
  • Personnalités
  • virus