Covid-19

Coronavirus : les tests sérologiques arrivent en Tunisie

Les tests sérologiques sont enfin disponibles à l'Institut Pasteur de Tunis (photo d'illustration) 

Bonne nouvelle ! L'Institut Pasteur de Tunis (IPT) vient d'annoncer la disponibilité de milliers de tests sérologiques qui se font par prise de sang. Ces tests devraient faciliter le déconfinement en Tunisie, tout en diminuant le risque d'une deuxième vague de contamination au coronavirus. 

Par Badr Kidiss
Créé le 10.06.20, modifié le 10.06.20

Alors que la Tunisie s'apprête à boucler la troisième phase de son déconfinement ciblé, l’Institut Pasteur de Tunis (IPT) dispose désormais de milliers de tests sérologiques. Importés de l'étranger, ces tests se font par prise de sang et permettent d'indiquer si une personne a développé des anticorps contre le SRAS-CoV-2, le virus responsable de la maladie à coronavirus (Covid-19).  Car la présence d'anticorps permet de savoir si une personne a contracté le virus et si elle est immunisées contre ce dernier.

Si ces tests sérologiques sont déjà disponibles dans plusieurs pays africains, la Tunisie a pris un peu de retard dans le lancement de ces solutions anti-coronavirus "parce qu’il a fallu du temps pour acquérir ces réactifs que nous avons achetés. Nous prévoyons prochainement d’élaborer des tests maison", précise Hechmi Louzir, directeur général de l’Institut Pasteur de Tunis (IPT).  

Pourquoi ils vont faciliter le déconfinement 

Les tests sérologiques sont très importants dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus qui, à la date du 10 juin, a fauché la vie d'au moins 49 personnes sur le sol tunisien. Contrairement aux tests PCR qui consistent à effectuer un prélèvement nasal pour identifier la présence du virus, les tests sérologiques permettent d'identifier les patients asymptomatiques, c'est-à-dire ceux qui ne présentent aucun signe de la Covid-19. 

Les données rapportées via ces tests devraient aussi permettre de jauger l'éventuelle immunité collective des Tunisiens face au Covid-19. Cette immunité collective (qu'on appelle aussi immunité de groupe) correspond au moment où la population atteint une immunité "naturelle" face à un virus. Autrement dit, si beaucoup de personnes sont contaminées par le coronavirus, le virus circulerait beaucoup moins, en théorie. Toutefois, il faut savoir que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est montrée sceptique face à la politique d'immunité collective. En avril dernier, le Dr Mike Ryant, directeur exécutif des programmes d'urgence de l'OMS a rappelé : "on pourrait s'attendre à ce qu'une personne qui génère une réponse immunitaire avec des anticorps détectables soit protégée pendant un temps" mais "nous ne savons pas quelle est la durée de cette période. Nous pourrions nous attendre à une période de protection raisonnable, mais il est très compliqué de le dire avec un nouveau virus." 

  • Tunisie
  • Coronavirus
  • Santé publique
  • Epidémie
  • virus

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.