Covid-19

Coronavirus en Tunisie : la solidarité s'organise face à la pandémie

Un élan de solidarité gagne la Tunisie pour faire face au nouveau coronavirus (Covid-19)  Source : Capture d'écran France24

Accueil des ressortissants étrangers, distribution de denrées alimentaires, dons d'équipements médicaux aux soignants... un élan de solidarité gagne la Tunisie pour faire face au nouveau coronavirus (Covid-19). 

Par Badr Kidiss avec AFP
Créé le 08.04.20, modifié le 08.04.20

Couscous et huile mais aussi javel et savons : en Tunisie, la société civile s'est rapidement mobilisée pour fournir chaque jour des milliers de familles parmi les plus démunies et des hôpitaux, en pleine crise du nouveau coronavirus.

"Auparavant notre objectif c'était les orphelins, les veuves et les handicapés -- actuellement s'ajoutent des familles qui ont perdu tout revenu", souligne Mohamed Matar Bacha, responsable du Croissant-Rouge à Hrairia, banlieue ouest de Tunis. Pas de vente à la sauvette, de chantiers, ni de collecte de déchets recyclables: les travailleurs journaliers sont aux abois depuis que le gouvernement a restreint fortement les déplacements le 22 mars à travers le pays, où 22 personnes sont décédées du nouveau coronavirus et 596 cas de contamination ont été recensés.

"Le nombre de familles dans le besoin augmente avec le confinement, ce qui nécessite de redoubler les efforts", déclare Abdellatif Chabbou président du Croissant-Rouge tunisien. Avant de rajouter que "notre objectif est d'atteindre 200 familles" dans chacune des 24 régions du pays, "mais il y a certaines régions où plus d'un millier de familles sont dans le besoin, cela dépasse nos capacités"

Alors que des ouvrières ont décidé de se confiner dans une usine pour fabriquer des masques de protection, de nombreuses organisations, mais aussi des footballeurs ou de simples citoyens se sont également mobilisés en ordre dispersé, parfois appuyés par des municipalités ou les forces de sécurité.  

Pas à manger

Des représentants des étudiants et travailleurs africains ont créé une cellule "Covid" pour soutenir ces étrangers exclus des aides de l'Etat.

Des groupes Facebook rassemblent les dons pour équiper des hôpitaux en thermomètres, moniteurs ou simples équipements de protection. A Hrairia, le Croissant-Rouge distribue pâtes, riz, lait, harissa mais aussi eau de javel et produits de nettoyage pour ralentir la propagation du nouveau coronavirus. "Maintenant j'ai la tête tranquille. J'ai des réserves", sourit Arroussia, une quinquagénaire malade dont le mari est chiffonnier, en recevant son colis. "Je vais les sortir petit à petit pour faire manger les enfants".

Un autre habitant, Ali Sahbeni, maçon à la journée, réclame lui aussi de l'aide. "Si je ne travaille pas, je ne mange pas. L'épicerie nous fait crédit mais jusqu'à quand?", s'inquiète-t-il, disant ne pas avoir payé son loyer. Le gouvernement a promis 150 millions de dinars (50 millions d'euros) d'aides directes aux plus pauvres, et commencé à distribuer des primes exceptionnelles de 200 dinars (80 euros). 

Mais la Tunisie, sous le coup d'un programme du Fonds monétaire international, peinait déjà avant la crise sanitaire à répondre aux attentes sociales qui avaient déclenché la révolution de 2011. Le président de la République s'est lui même inscrit dans cette mobilisation citoyenne, donnant la moitié de son salaire et participant à un chargement de colis d'aide alimentaire sous l'oeil des photographes.

  • Tunisie
  • Coronavirus
  • Santé publique
  • Epidémie
  • virus

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.