Covid-19

Coronavirus en Algérie : reconfinement partiel du pays suite au nouveau record de contaminations

Les autorités ont annoncé le reconfinement partiel de Blida  Source : Oussama.houssam / Shutterstock

Ce 16 juillet, l'Algérie a enregistré la plus forte hausse de malades du coronavirus en une journée, depuis l'annonce du premier cas en février. De quoi motiver un reconfinement partiel de tout le pays.

Par AlloDocteurs Africa avec AFP
Créé le 17.07.20, modifié le 17.07.20

Ça se complique. L'Algérie a enregistré jeudi un nouveau record de contaminations au Covid-19, avec 585 nouveaux cas recensés au cours des dernières 24 heures, a annoncé le ministère de la Santé. Cela porte le bilan total à 21.355 cas, dont 1.052 décès, a précisé Djamel Fourar, porte-parole du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie, lors de sa conférence de presse quotidienne. 

Après avoir amorcé son déconfinement le 7 juin dans le cadre d'une feuille de route présentée comme "progressive" et "flexible", l'Algérie a battu ces derniers jours plusieurs records quotidiens de cas signalés. Alors que seconde phase du plan de déconfinement a débuté le 14 juin, avec une reprise limitée des transports urbains et une levée totale du confinement dans 19 des 48 wilayas, ou préfectures, du pays, l'augmentation inquiétante du nombre de malades change la donne.

Reconfinement partiel

Mais face à la recrudescence des contaminations, le gouvernement a décidé jeudi de reconduire le confinement partiel en place dans 29 wilayas (préfectures) : Alger, Adrar, Annaba, Batna, Béjaïa, Bouira, Blida, Bordj Bou Arreridj, Béchar, Biskra, Boumerdès, Chlef, Constantine, Djelfa, El Oued, Khenchela, Laghouat, Mascara, M’sila, Médéa, Oran, Oum El Bouaghi, Ouargla, Relizane, Sétif, Sidi Bel Abbès, Souk Ahras, Tipaza et Tissemsilt. 

Cette augmentation est due, selon les autorités, au "relâchement" de la population et au "non-respect" des règles de prévention et de protection. Les principaux foyers de la pandémie sont les wilayas d'Alger, Blida, près de la capitale, qui fut l'épicentre de la pandémie en Algérie à ses débuts, et Sétif, où les autorités ont ordonné le 7 juillet un reconfinement dans 18 communes, avec un allongement du couvre-feu, désormais en vigueur de 13 heures à 5 heures.

  • Algérie
  • Coronavirus
  • Epidémie
  • Santé publique
  • virus