Covid-19

Coronavirus en Afrique : l'évolution de l'épidémie, pays par pays

La pandémie de coronavirus continue de gagner du terrain en Afrique (photo d'illustration)  Source : Shutterstock

Si l'Afrique n'est pas l'épicentre de la pandémie de Covid-19, elle présente des situations inquiétantes, notamment au Maroc, au Cameroun, au Sénégal ou encore, à Djibouti. Voici le point sur la situation, pays par pays. 

Par Badr Kidiss avec AFP
Créé le 11.05.20, modifié le 11.05.20

Apparue il y à 5 mois en Chine, la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19) semble ralentir dans plusieurs pays occidentaux. Mais elle s'accélère en Afrique. A ce stade, on recense plus de 63.000 personnes contaminées, sur le sol africain, par le coronavirus SRAS-CoV-2 et plus de 2.200 morts. 

Si les pays les plus durement touchés sont toujours l'Afrique du Sud, l'Egypte, le Maroc et l'Algérie, la pandémie de Covid-19 continue de gagner du terrain dans le reste du continent. Pour l'heure, le SRAS-CoV-2 (le virus responsable du Covid-19) s'est propagé dans 53 des 54 pays africains. Seul le Lesotho est encore épargné par cette maladie infectieuse. AlloDocteurs Africa fait le point avec vous sur la situation de l'épidémie, pays par pays, notamment en Afrique francophone et dans les pays aux bilans très lourds. Ce contenu sera quotidiennement mis à jour et régulièrement complété. 

L'Afrique du Sud franchit la barre des 10.000 cas

Avec 10.015 cas (dont 194 décès), l'Afrique du Sud est, à ce jour, le pays africain le plus touché par l'épidémie de Covid-19. Le ministère de la Santé note "avec inquiétude" que 84% des cas confirmés sont localisés dans deux des neuf provinces du pays, le Cap Oriental (sud-est) et le Cap Occidental (sud), qui englobe la ville du Cap.

Depuis le 1er mai, le gouvernement sud-africain a assoupli très progressivement les mesures de confinement en vigueur depuis fin mars. A ce jour, l'Afrique du Sud a réalisé un peu plus de 350.000 tests de dépistage du coronavirus. 

La pandémie s'accélère en Egypte 

L'Égypte est, à la date du 11 mai, le deuxième pays africain le plus durement touché par le Covid-19. A ce jour, les autorités ont identifié 9400 cas confirmés et déplorent 525 décès des suites du coronavirus. 

Face au manque actuel de solutions thérapeutiques validées contre cette maladie infectieuse, l'Égypte vient de commander un stock du médicament Remdesivir pour traiter des patients atteints de la maladie Covid-19. Ce traitement a été autorisé, il y a quelques jours, aux Etats-Unis et au Japon, sur la base d'un essai clinique américain positif.

Le Maroc prépare le déconfinement

Avec plus de 6060 cas confirmés, le Maroc est de son côté le pays maghrébin le plus fortement touché en nombre de contaminations. Malgré la mise en place de plusieurs mesures préventives (confinement, couvre-feu, fermeture des mosquées et des écoles...), le Royaume fait face à une augmentation constante du nombre de cas. Une situation qui peut sans doute s'expliquer par le dépistage massif dans lequel s'est engagé le Maroc.  

Au Maroc, le port du masque est obligatoire Source : AlloDocteurs Africa / Simo Shafii

A l'heure où l'état d'urgence sanitaire court jusqu'au 20 mai, le Royaume s’apprête à lancer une application mobile permettant de tracer les cas testés positifs au Covid-19 et d’identifier les personnes avec lesquelles ils sont rentrés en contact. Pour l'heure, le Maroc a réalisé un peu plus de 65.000 de tests de dépistage du coronavirus. 

L'Algérie s'inquiète

Un peu plus loin, l'Algérie se rapproche de la barre des 6.000 cas confirmés. Mais les médecins du pays s'inquiètent face au manque des kits de tests du coronavirus, alors où le SRAS-CoV-2 s'est propagé dans les 48 wilayas (préfectures) du pays. Face à cette situation, plus d'un million de tests de dépistage rapide du Covid-19 seront produits en Algérie, dans les prochaines semaines, par une usine nationale. 

L'autre inquiétude en Algérie est le taux de mortalité du nouveau coronavirus. Ce lundi 11 mai à 10h GMT, on recense 502 décès pour un total de 5723 cas confirmés. 

En Tunisie, une première journée avec zéro nouveaux cas

Ce lundi, le ministère tunisien de la Santé a annoncé n'avoir enregistré aucun nouveau cas de Covid-19. Une première depuis le 2 mars et l'apparition du premier malade sur le sol tunisien.

Alors que le gouvernement a commencé à assouplir le confinement et l'état d'urgence sanitaire, les centres commerciaux sont autorisés à réouvrir leurs portes dès ce lundi 11 mai. Autant d'indicateurs qui laissent songer à un contrôle de l'épidémie de coronavirus, à l'heure où la Tunisie recense 1032 cas confirmés, dont 45 décès. 

En RDC, le Sud-Kivu veut des tests de dépistage

Alors que la République démocratique du Congo (RDC) vient de franchir la barre des 1000 cas confirmés, le médecin congolais Denis Mukwege appelle à un "approvisionnement en urgence de tests" de coronavirus dans la province du Sud-Kivu (Centre-Est) où il coordonne la riposte contre cette épidémie. 

Au cours d'une conférence de presse conjointe avec le gouverneur de la province du Sud-Kivu Théo Ngwabidje, le Dr Mukwege a demandé "un approvisionnement en urgence de tests avant le déclenchement de la courbe exponentielle épidémique". Avant d'expliquer que "Ceci évitera de nombreux décès, une augmentation de la précarité de la population, une explosion des troubles sociaux et l'exacerbation de l'insécurité."

La stigmatisation, un obstacle au traitement des malades sénégalais 

A l'heure où la pandémie de Covid-19 s'enracine au Sénégal, le président Macky Sall invite ses compatriotes à éviter la stigmatisation des personnes atteintes par cette maladie. "Après plus de deux mois de crise liée à la Covid-19, ensemble, mes chers compatriotes, tenons bon. Ensemble, restons mobilisés et surtout solidaires. La maladie est certes contagieuse mais pas du tout honteuse. Evitons donc toute stigmatisation", a tweeté le président. A ce stade, le Sénégal comptabilise 1709 cas confirmés, dont 19 décès. 

Après avoir fait le choix d’hospitaliser toutes les personnes atteintes du Covid-19, le Sénégal craint désormais une saturation de ses structures de santé. Pour éviter ça, les autorités ont décidé de transférer les malades, avec peu ou pas de symptômes, dans de nouveaux centres ouverts à cet effet.

Limitations de déplacements en Côte d'Ivoire et réouverture des mosquées

Après avoir assoupli fin avril les mesures préventives, la Côte d'Ivoire impose aujourd'hui un laissez-passer à toute personne qui voudrait sortir du Grand Abidjan, qui devra également fournir un certificat médical prouvant qu’il n’est pas atteint du Covid-19. 

En parallèle, le Comité de veille de la communauté musulmane ivoirienne dans le cadre de la lutte contre le coronavirus a annoncé la réouverture des mosquées à l'intérieur du pays avec l'exigence du "strict respect" des gestes barrières. A ce stade, la Côte d'Ivoire recense 1700 cas confirmés, dont 21 décès.

Le Cameroun oublie les gestes barrières

Alors qu'il vient de franchir la barre des 2500 cas confirmés, le Cameroun a décidé d'assouplir les mesures prises pour ralentir la propagation du Covid-19. Mais depuis que le président Paul Biya a annoncé la réouverture, au-delà de 18 heures, des débits de boissons, des restaurants et des lieux de loisirs, de moins en moins de Camerounais respectent les gestes barrières.

Face à cette situation, le ministre de la Santé, Manaouda Malachie, a écrit sur Twitter "protégeons nous, protégeons nos familles et protégeons les autres en respectant les mesures barrières, sinon RESTONS CHEZ NOUS".

Port du masque obligatoire au Mali

Le gouvernement malien a annoncé, ce samedi, la levée du couvre-feu dans tout le territoire national, alors que le port du masque devient obligatoire dans les lieux publics. Dans un discours télévisé, le Premier ministre malien Boubou Cisse a averti que le virus était désormais présent "dans pratiquement toutes nos régions administratives". Avant de préciser que les frontières du pays resteront fermées. 

Pour lutter contre les effets de la pandémie de Covid-19, le gouvernement malien a annoncé la distribution de 56.000 tonnes de céréales. A ce stade, le Mali recense 704 malades du nouveau coronavirus, dont 38 décès. 

Tests timides au Burkina Faso

Deux mois après l'apparition du Covid-19 au Burkina Faso, le pays ne réalise en moyenne que 300 tests de dépistage de coronavirus. Alors qu'il recense 751 cas confirmés (dont 49 décès), le gouvernement envisage un dépistage élargi chez les cas contacts. 

En parallèle, bon nombre de Burkinabés espèrent un dépistage massif. Certains ont même introduit, selon nos confrères du site LeFaso, un recours en procédure de référé devant le président du tribunal administratif pour demander un dépistage massif au Covid-19 pour tous les Ouagalais. Mais leur demande a été rejetée. 

Djibouti se ravise et reporte l'allègement du confinement

Djibouti a prolongé dimanche jusqu'au 17 mai le confinement pour lutter contre le coronavirus, après en avoir annoncé l'allégement progressif. "Le gouvernement par la voix du Premier ministre (Abdoulkader Kamil Mohamed, NDLR) aujourd'hui a décidé de prolonger d'une semaine encore le confinement jusqu'au 17 mai", a écrit le ministre des Affaires étrangères Mahmoud Ali Youssouf sur Twitter. Avant de souligner que cette décision a été prise "à l'instant". 

Quelques heures auparavant, le même ministre avait pourtant annoncé sur Twitter "le processus de réouverture progressive du pays" à partir de lundi.

  • Maroc
  • Algérie
  • Burkina Faso
  • Sénégal
  • Mali
  • Côte d'Ivoire
  • Cameroun
  • Djibouti
  • Congo RDC
  • Tunisie