Covid-19

Coronavirus au Maroc : Jamel Debbouze et Amine Harit contribuent au Fonds dédié à la gestion de la pandémie

Amine Harit et Jamel Debbouze ont annoncé leur participation au Fonds marocain dédié à la gestion de la pandémie de Covid-19 (Illustration) 

Alors que la pandémie de coronavirus continue de se propager au Maroc, l'humoriste Jamel Debbouze et le footballeur Amine Harit participent au Fonds spécial pour la gestion de la pandémie de Covid-19. 

Par Badr Kidiss
Créé le 01.04.20, modifié le 01.04.20

Il se mobilise. Dans une vidéo postée sur Twitter par le ministère de l'Economie et des Finances, le Franco-Marocain Jamel Debbouze annonce sa contribution au Fonds spécial pour la gestion de la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19). Très apprécié au Royaume, l'humoriste, acteur et producteur invite tous les Marocains à participer à leur tour à ce Fonds. 

Avec ce geste, Jamel rejoint la longue liste des célébrités qui ont décidé d’alimenter ce Fonds pour soutenir le Maroc face à ce nouveau mal. Parmi celles-ci, on peut notamment citer le football Amine Harit. Le milieu offensif du FC Schalke 04 a annoncé, sur une story Instagram, sa contribution au Fonds marocain.

De plus en plus utile

Créé le 16 mars dernier, sur hautes instructions du Roi Mohammed VI, le Fonds spécial pour la gestion de la pandémie de coronavirus est essentiellement aliment par le budget général, les contributions des entreprises et établissements publics et privés, ainsi que les dons des Marocains résidents (politiciens compris) et des Marocains résidents à l'étranger (MRE). Doté initialement de 10 milliards de dirhams (l'équivalent d'un milliard d'euros) en vue de soutenir le dispositif médical et l’économie nationale, le fonds a pu récolter plus de 23 milliards de dirhams grâce aux différents dons. 

Il y a quelques jours, les autorités ont puisé 2 milliards de dirhams dans ce Fonds pour l'achat d'équipements médicaux et hospitaliers. Une autre partie de ce Fonds est déjà utilisée pour venir en aide aux travailleurs du secteur informel qui ont perdu leur emploi, suite au confinement. 

  • Maroc
  • Coronavirus
  • Maladies infectieuses
  • virus
  • Personnalités
  • Epidémie