Covid-19

Coronavirus au Mali : plus de 8 millions de vaccins attendus d'ici fin mars

Le vaccin anti-Covid d'AstraZeneca est attendu au Mali (photo d'illustration)  Source : Parikh Mahendra N / Shutterstock

Durement touché par l'épidémie de coronavirus (Covid-19), le Mali s'apprête à recevoir ses premières doses du vaccin anti-Covid. 

Par Badr Kidiss
Créé le 16.02.21, modifié le 16.02.21

Les premières livraisons de vaccin sont attendues pour la fin du mois de mars. Pour protéger sa population, le Mali a commandé un peu plus de 8,4 millions de doses de piqûres salvatrices, "avec la contribution financière de l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination et de la Banque mondiale", précise le conseil des ministres dans un communiqué. 

"La principale différence entre la première et la deuxième vague, c’est l’augmentation du nombre de cas sévères. Ces derniers mois, les autorités sanitaires maliennes ont renforcé le dispositif de prise en charge de ces cas", rappelle Florence Uzureau, coordinatrice du Projet Covid-19 de Médecins sans Frontières au Mali 

Annoncée pour avril prochain, la campagne de vaccination se fera à l'aide de la solution d'AstraZeneca et l'université Oxford. Elle ciblera principalement le personnel soignant, les personnes âgées de 60 ans et plus et les personnes qui souffrent de comorbidité. Au total, les autorités espèrent vacciner 4,2 millions de Maliens, à raison de deux doses du vaccin par personne. Une bonne nouvelle, à l'heure où les contaminations au coronavirus ne baissent pas. 

Limiter la gravité et la mortalité du Covid

Mais le choix du vaccin développé par l’université d’Oxford (Royaume-Uni) et le géant pharmaceutique AstraZeneca ne met pas tout le monde sur le sol malien. Il faut dire que cette solution, qui est fabriquée en Inde par le Serum Institute of India (SII), a connu des doutes sur son efficacité pour les plus de 65 ans, ainsi que face au variant détecté en Afrique du Sud, aujourd’hui présent dans de nombreux pays du continent.

Pour l'OMS et ses experts, ce vaccin - qui porte le nom de Covishield - fait parfaitement l'affaire pour la priorité du moment: limiter la gravité et la mortalité d'une pandémie qui a coûté la vie à 2,4 millions de personnes en un peu plus d'un an, dont au moins 339 au Mali. Le Covishield est déjà largement utilisé à travers le monde, à commencer par le Royaume-Uni depuis le mois de décembre, mais aussi au Maroc depuis janvier dernier.

  • Mali
  • Bamako
  • Coronavirus
  • Epidémie
  • virus
  • Vaccin

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.