Covid-19

Cameroun : fermeture d'une clinique doualaise pour avoir dépisté le coronavirus avec un scanner thoracique

Le scanner thoracique n'est pas conseillé pour dépister le Covid-19 (photo d'illustration) 

Le ministre camerounais de la Santé, Malachie Manaouda, a ordonné la fermeture de la polyclinique Marie O, située à Douala, pour avoir dépisté le coronavirus à l'aide d'un scanner thoracique. Le Syndicat des médecins promet une action de protestation dès aujourd'hui. 

Par Arnaud Ntchapda
Créé le 13.05.20, modifié le 14.05.20

On ne badine pas avec la loi. Après avoir interdit le recours aux scanners thoraciques pour dépister le coronavirus, le ministre de la Santé, Malachie Manaouda, vient de fermer la polyclinique Marie O de Douala pour le non-respect de cette mesure. 

En avril dernier, un arrêté stipulait que les centres spéciaux de prise en charge des patients du Covid-19 sont les seuls endroits habilités à tester le coronavirus. L'examen est réalisé à l'aide de la technique dite RT-PCR (reverse transcription‐polymerase chain reaction). Il consiste à introduire une sorte de coton-tige XXL dans le nez ou la bouche pour relever les sécrétions de la personne testée. En parallèle, le scanner thoracique est recommandé seulement pour évaluer le degré de sévérité de l’atteinte pulmonaire des malades du Covid-19. 

Le syndicat des médecins “surpris“

Mercredi soir, le sous-préfet du 1er arrondissement de Douala a notifié la décision de fermeture aux responsables de la polyclinique Marie O. La sanction doit être appliquée dès ce jeudi en fin de matinée. Mais il faudra visiblement s’attendre à du grabuge sur les lieux, vu que le Syndicat national des médecins du Cameroun (SYNAMEC) projette une action de protestation. Il appelle “tous ses membres et assimilés“ à se retrouver à la Polyclinique Marie O en blouse blanche. 

Avec cette action de protestation, le SYNAMEC veut "marquer son désaccord" avec "la fermeture arbitraire d'une structure sanitaire", précise son secrétaire général, le Dr Philippe Ngandeu. Avant d'ajouter que le bureau du SYNAMEC a reçu, le mercredi 13 Mai, le Docteur Roger Ngoulla, patron de la Polyclinique Marie O et n'a relevé aucune irrégularité dans la prise en charge et la pratique médicale. "Étant donné qu'aucune enquête n'a encore été menée et que notre confrère n'a pas eu l'occasion d'être entendu par les institutions (l'Ordre National des Médecins du Cameroun et le Ministère de la Santé), nous sommes surpris de la décision de la tutelle de la fermeture", explique le responsable syndical.

  • Cameroun
  • Coronavirus
  • Santé publique
  • virus
  • cliniques privées