Covid-19

Au Cameroun, le président de la République offre 5000 tests rapides pour détecter le coronavirus

Un scientifique en train de réaliser un test rapide du coronavirus  Source : Shutterstock

Le "don spécial" de Paul Biya en faveur des personnels médicaux accroit les capacités du Cameroun en matière de tests rapides. Le pays dispose aujourd'hui de 20.000 kits de tests du coronavirus.

Par Arnaud Ntchapda
Créé le 12.05.20, modifié le 12.05.20

15 minutes. C'est la durée qu'il faut avant de savoir si on est contaminé par le coronavirus, grâce un test sérologique, qu'on appelle aussi test rapide. Alors que les autorités camerounaises effectuaient des tests PCR (un prélèvement au nez avec une  sorte de coton-tige XXL) pour identifier les malades du nouveau coronavirus (Covid-19), le test sérologique examine le sang. 

Alors que la pandémie gagne du terrain sur le sol camerounais, le président Paul Biya a offert 5000 tests rapides au corps médical. Considéré comme plus fiable qu'un test PCR, le test sérologique devrait faciliter la tâche au personnel soignant.  “Il était difficile de recevoir un patient qui présentait certains symptômes, étant entendu qu’un test immédiat n’était pas possible. Les personnels de santé avaient alors peur parce qu’ils estiment qu’ils ne sont pas assez protégés. Avec ce test, nous enregistrons une grande avancée“, explique le ministre de la Santé, Malachie Manaouda. 

20.000 tests au Cameroun

L’efficacité du matériel offert par le président, testé sur-le-champ, a davantage rasséréné les personnels soignants. Selon le porteur du don présidentiel Paul Atanga Nji, “le Président Paul Biya insiste sur l’usage de ces tests rapides parce que c’est le meilleur moyen de lutter contre le Covid-19“.

Evoquant les capacités du Cameroun en matière de tests de dépistage du Covid-19, le ministre Malachie Manaouda a précisé qu’avec ce don présidentiel, le pays dispose désormais de 20.000 kits de tests de dépistage du coronavirus. 

Source : Cameroon Tribune
  • Coronavirus
  • Cameroun
  • Epidémie
  • Santé publique
  • virus