Consommation

Au Maroc, le pain est suspecté de transmettre de nombreuses maladies

Selon la FMDC, le pain vendu sur le marché marocain serait génétiquement modifié  Source : AlloDocteurs Africa / Sabrina El Faïz

Selon la Fédération des droits du consommateur, le pain consommé par les Marocains contiendrait des produits qui provoquent des maladies comme le cancer du côlon, l’obésité, la dépression ou encore l’eczéma.

Par Sabrina El-Faïz
Créé le 26.01.21, modifié le 29.01.21

C'est le genre d'informations qui fait peur. Après le thé et les épices, la Fédération marocaine des droits du consommateur (FMDC) dézingue le pain. D'après le dernier communiqué de la FMDC, le pain consommé par les Marocains contiendrait des produits causant de graves maladies. Parmi celles-ci, on peut notamment citer le cancer du côlon, la dépression, l'obésité ou encore l'eczéma. Autant de pathologies qui pourraient, selon la FMDC, être provoquées par un excès de sucre dans le pain (plus de 3 grammes), un excès de sel ou encore l'utilisation du chlore dans l'eau.

Autant dire que la situation est alarmante dans un pays où l'on consomme quotidiennement en moyenne 3,5 miches de pain  par personne. Car d'après une étude sur "le pain boulanger et sa teneur en sel", le quart des boulangeries ne font qu’estimer la dose de sel à mélanger avec la farine. Lundi dernier, le quotidien arabophone Al Massae révélait aussi que les produits céréaliers de cette saison sont "génétiquement modifiés" pour générer notamment une meilleure productivité. La FMDC explique d'ailleurs que le blé fait toujours partie des produits agricoles soumis au traitement par un grand nombre d’insecticides. Et comme il n'est pas soumis à un contrôle strict, le blé reste imbibé de produits cancérigènes... 

Absence de contrôle

L’association des consommateurs réclame davantage de contrôles dans la fabrication de pain, qui, généralement, est réalisée dans l’arrière-boutique des pâtisseries/boulangeries. La quantité de sel et de sucre devrait être contrôlée. Le Maroc dépasse les taux de sel et de sucre recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce qui ne facilite pas sa lutte contre certaines maladies chroniques, comme le diabète ou encore l'hypertension.

La FMDC regrette aussi l’absence de contrôles au niveau des points de vente sur le marché du blé et de la farine, des minoteries, des boulangeries et de la distribution du pain. Ce n’est pourtant pas la première fois que la sonnette d’alarme est tirée. Il y a quelques mois, le thé marocain et les épices avec un taux élevé de plomb ont fait couler beaucoup d'encre au royaume. A qui le tour ?

  • Maroc
  • Consommation
  • Epidémie
  • virus
  • Cancer
  • Obésité
  • Dépression
  • Eczéma

AlloDocteurs.Africa ne recueille et ne stocke pour le moment aucune donnée personnelle. Il ne comporte aucun cookie publicitaire. Nous utilisons un seul cookie pour faciliter votre navigation sur le site afin de vous proposer en priorité les informations liées au pays où vous vous trouvez.